651

 Sculpteur

 Entrada
    NewsInformaciòn
    La artista
    Libro de oro
    Contacto
    Libro
  

 Mis esculturas :
    Animales
    Bailas
    Bajorrelieve
    Bustos
    Grandes esculpturas
    Grupos
    Hombres
    Mujeres
    Niños

 El mundo de la escultura
    Motor de búsqueda
    Algunos escultores
    Escultura en museos
    Citaciòns
    Bibliografía
    Jean-Antoine Injalbert

Nella Buscot sur Facebook

         

 Copyright © 2003-2017 Nella Buscot
Nella Buscot  >  Le monde de la sculpture  >  Biographies  >  Henry Arnold



Biographie

Henry Arnold

1879 - 1945

Sculpteur français



Né à Paris, Henry Arnold est le quatrième et dernier enfant de parents originaires d'Alsace. A partir de 1897, il apprend la sculpture comme ouvrier du bâtiment chez un ornemaniste, puis, en 1898, entre à l’école des Beaux-arts de Paris.

Henry Arnold effectue en 1900 et 1901 un séjour d’un an et demi à Moscou où il réalise des travaux de décoration ornementale. Il expose au Salon d'Automne et à la Société nationale des Beaux-arts en 1903, année où il épouse la pianiste Léonie d’Autezac dont il divorcera en 1913. Il épouse en seconde noce la cantatrice Olga Blot.

Avec son ami Charles Despiau, Henry Arnold fait partie de la "bande à Schnegg" qui refuse autant l'art officiel et l'académisme que le romantisme tumultueux d'Auguste Rodin en proposant une sculpture sereine et dépouillée, aux volumes simples. En 1909, il est nommé professeur de dessin à l'école Germain Pilon qui devient plus tard l’école des Arts appliqués. Son métier lui donne la possibilité de ne pas vivre de la sculpture, ce qui lui permet de bénéficier d’une grande liberté artistique et intellectuelle, mais lui donne peu l'occasion de recevoir des commandes publiques.

Mobilisé en 1915 sur le front de Verdun, Henry Arnold met au point le "plateau altimétrique" qui permet la réalisation de plans en relief. Les plans réalisés grâce à son invention sont à l’origine de plusieurs succès militaires de la France et des Alliés. Il reçoit à ce titre une citation à l'ordre de l'armée et est nommé officier du Service géographique de l'armée.

Après la guerre, Henry Arnold devient le secrétaire général du Salon des Tuileries créé en 1923. En 1935, il publie un livre "Initiation à la sculpture". Il est mobilisé à nouveau pendant la Seconde guerre mondiale, à l'âge de 59 ans, dans un service de cartographie à Bordeaux. En 1942, il s'installe à Lyon jusqu'à la fin de la guerre. De retour à Paris, il meurt d'une congestion pulmonaire le 26 mai 1945.

Artiste discret, Henry Arnold n’aimait pas se mettre en avant, mais était doué d'un grand talent de sculpteur, d'une intelligence inventive et d'une grande ouverture d’esprit. Trop longtemps oubliées, ses œuvres figurent parmi les plus représentatives des grandes tendances de son époque.

Quelques oeuvres :
- Femme au carton à chapeau (1909),
- Lilette (1911),
- Jeune femme à la partition de musique (vers 1912),
- Olga en Kimono (vers 1920),
- Première offrande ou Fillette à la colombe (1923),
- La Légende héroïque (monuments aux morts de Bouleurs, Seine-et-Marne, 1923),
- Suzanne surprise (1925),
- Jeune femme se coiffant (1926),
- La modiste (1926),
- Jeunesse (1926),
- Madame Trudeau (1928),
- Diane au faisan (1928),
- L'Océanie, bas-relief pour le palais du Trocadéro (1936),
- La Beauté (1937),
- Femme à la toilette 1900.

Bibliographie :


Première offrande (1923)

Musée des Années 30
Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine, France)

Plâtre. Portrait de Gisèle, la première fille du sculpteur à l'âge de 13 ans.


Henri Arnold : Première offrande
Copyright © 2003-2017 Nella Buscot