Sculpteur

 Accueil
    NewsInformation
    L'artiste
    Livre d'or
    Contact
    Livre
  
    "L'Espoir" à Palavas

 Collections :
    Animaux
    Bas-relief
    Bustes
    Danses
    Enfants
    Femmes
    Grandes sculptures
    Groupes
    Hommes

 Le monde de la sculpture
    Moteur de recherche
    Biographies de sculpteurs
    Sculpture dans les musées
    Citations
    Bibliographie
    Jean-Antoine Injalbert
    Dans les jardins publics
    Lexique de sculpture,
    Etc.

Nella Buscot sur Facebook

         

 Copyright © 2003-2022 Nella Buscot
Nella Buscot  >  Le monde de la sculpture  >  Encyclopédie  >  Plâtre



Encyclopédie

ou

Dictionnaire Raisonné des Sciences, des Arts et des Métiers


Article : Plâtre




Plâtre

Plâtre, s. m. (Architect.) Pierre particulière, cuite et mise en poudre, qu'on emploie gâchée aux ouvrages de maçonnerie : on trouve cette pierre aux environs de Paris. Elle est grisâtre, et a de petits grains, dont les surfaces sont polies. C'est une chose difficile que de bien cuire cette pierre. Du plâtre trop ou trop peu cuit est également mauvais. On connaît si la cuisson a été bien faite, lorsque le plâtre a une certaine onctuosité, et une graisse qui colle aux doigts quand on le manie. Par une raison contraire, le plâtre mal cuit est rude, et ne s'attache point aux doigts comme l'autre.

Afin de jouir de sa bonne qualité on doit l'employer immédiatement après sa cuisson, et on ne doit point trop l'écraser.

Lorsqu'on est obligé de faire des provisions de plâtre, parce qu'on n'est pas à portée des fours où on le cuit, on doit l'enfermer dans des tonneaux bien secs.

Une chose qui est en usage dans l'emploi du plâtre, c'est de s'en servir dans toutes les saisons. Cependant les ouvrages faits en hiver et en automne sont toujours de peu de durée, et sujets à tomber par éclats, parce qu'alors le froid saisit tout d'un coup le plâtre, glace l'humidité de l'eau, et amortit par là l'esprit ou la chaleur du plâtre, qui dans cet état ne peut plus se lier et se durcir. Selon M. Lancelot, le mot plâtre vient du grec platis, propre à être formé. Nous allons considérer le plâtre selon ses qualités et selon son emploi.

Du plâtre selon ses qualités.
    Plâtre blanc, plâtre qui a été râblé, c'est-à-dire dont on a ôté le charbon dans la plâtrière; le plâtre gris est celui qui n'a pas été râblé.

    Plâtre cru, c'est la pierre de plâtre, propre à cuire, dont on se sert aussi quelquefois, au lieu de moellon, dans les fondations, et dont le meilleur est celui qu on laisse quelquefois à l'air avant que de l'employer.

    Plâtre éventé, plâtre qui ayant été longtemps à l'air, a perdu sa bonne qualité, se pulvérise, s'écaille, et ne prend point.

    Plâtre gras, plâtre qui étant cuit à propos, est le plus aisé à manier, et le meilleur à l'emploi, parce qu'il se prend aisément, se durcit de même, et fait bonne liaison.

    Plâtre mouillé, plâtre qui ayant été exposé à la pluie, n'est de nulle valeur.
Du plâtre selon son emploi.
    Plâtre au panier, plâtre qui est passé au mannequin et qui sert pour les crépis.

    Plâtre au sac, ou plâtre fin, plâtre qui passé au sas sert pour les enduits d'architecture et de sculpture.

    Plâtre gras ou gros plâtre, c'est le plâtre qu'on emploie comme il vient du four de la plâtrière, et dont on se sert pour épigeonner, etc.

    On appelle aussi gros plâtre, les gravats de plâtre qui ont été criblés, et qu'on rebat pour s'en servir à renformir, hourder, et gobuer.

    Plâtre serré, plâtre où il y a peu d'eau, et qui sert pour les soudures des enduits. Au contraire, plâtre clair est un plâtre où il y a beaucoup d'eau, et qui sert pour ragréer les moulures rainées; et enfin plâtre noyé, est un plâtre qui nage presque dans l'eau, et qui ne sert que de coulis pour ficher les joints. Dict. d'Architect.
(D. J.).



Sommaire : La sculpture dans l'Encyclopédie