651

 Sculpteur

 Accueil
    NewsInformation
    L'artiste
    Livre d'or
    Contact
    Livre
  
    "L'Espoir" à Palavas

 Collections :
    Animaux
    Bas-relief
    Bustes
    Danses
    Enfants
    Femmes
    Grandes sculptures
    Groupes
    Hommes

 Le monde de la sculpture
    Moteur de recherche
    Biographies de sculpteurs
    Sculpture dans les musées
    Citations
    Bibliographie
    Jean-Antoine Injalbert
    Dans les jardins publics
    Lexique de sculpture,
    Etc.

Nella Buscot sur Facebook

         

 Copyright © 2003-2017 Nella Buscot
Nella Buscot  >  Le monde de la sculpture  >  Biographies  >  Antonin Moine



Biographie

Antonin Moine

1796 - 1849

Sculpteur romantique, peintre et lithographe français



Antoine Marie Moine, dit Antonin Moine, né à Saint-Etienne, est le fils d'André Moine, marchand de rubans et de Marie Lardon. En 1817, il est admis à l'Ecole des Beaux-arts de Paris pour étudier la peinture. Il est l'élève d'Anne-Louis Girodet (1767-1824) et d'Antoine-Jean Gros (1771-1835).

Antonin Moine peint des paysages et des sujets mythologiques, mais il connaît la notoriété avec des sculptures romantiques qu'il expose au Salon de 1831. Par son retour au Moyen-Age ou à la Renaissance, s'opposant au style néo-classique, il s'inscrit dans le courant romantique. Théophile Gautier est le premier à reconnaître son talent : "Les hardies et heureuses modifications que Géricault et Delacroix ont apportées dans la peinture, Moine les a introduites dans la sculpture".

En 1837, il produit grâce à un contrat avec les Frères Susse, éditeurs de bronze d'art, des pièces de petites tailles destinées aux intérieurs bourgeois.

De 1835 à 1840, sous la direction de l'architecte Jacques Hittorff (1792-1867), Antonin Moine participe avec d'autres sculpteurs à la Fontaine des Mers et à la Fontaine des Fleuves, situées place de la Concorde à Paris et pour lesquelles il réalise plusieurs Néréides. Après une absence au Salon de Paris de 1837 à 1842, il y expose à nouveau en 1843 en présentant des portraits au pastel. Il réalise encore quelques commandes dont une sculpture en pied de Sully (1846) pour le Jardin du Luxembourg à Paris

Il est fait Chevalier de la Légion d'honneur en 1847. Vu comme un artiste romantique, incompris et désespéré, Antonin Moine se suicide le 18 mars 1849 à Paris d'une balle de pistolet dans la tête. Sa mort serait la conséquence, pour certains, de la misère et de l'absence de commande ou, pour d'autres, de tendances mélancoliques et suicidaires.

Quelques oeuvres sculptées :
- Les Lutins en voyage, dits aussi Combat de gnomes sur un cheval ailé (plâtre patiné, Musée du Louvre, Paris, 1831),
- Chute d'un cheval et de son cavalier (plâtre patiné, Musée des Beaux-arts, Tours, vers 1831),
- Le Sonneur d’oliphant (bronze, Musée d'art moderne et contemporain, Saint-Étienne, vers 1833),
- Marie Amélie de Bourbon Sicile, reine des Français (buste en marbre, Musée Carnavalet, Paris, 1833),
- Don Quichotte et Sancho (bronze, 34 et 32 cm, vers 1937),
- Femme au faucon (bronze, 42 cm, Château de Blois, vers 1840),
- La Princesse Marie en tenue de sculpteur (biscuit, Musée d'art moderne et contemporain, Saint-Étienne, vers 1840),
- Sully (bronze, Musée de la vie romantique, Paris, 1846),
- Sully (pierre, entrée du Palais du Luxembourg, Paris, 1846),
- Esméralda (bronze, 40 cm),
- Phoebus (bronze, 40 cm).

Bibliographie :


Marie Amélie, reine des Français (1933)

Musée Carnavalet
Paris IV (Paris, France)

Marie Amélie Thérèse de Bourbon, princesse de Naples et de Sicile (1782-1866) était l'épouse du roi Louis-Philippe Ier.


Antonin Moine : Marie Amélie, reine des Français
Source : statuedefrance.fr