651

 Sculpteur

 Leitseite
    NewsInfos
    Die Künstlerin
    Das Gästebuch
    Kontakt
    Buch
  

 Meine Skulpturen :
    Basrelief
    Büsten
    Frauen
    Große Skulpturen
    Gruppen
    Kinder
    Männer
    Tänze
    Tiere

 Die Welt der Skulptur
    Suchmaschine
    einige Sculpteure
    Skulptur in den Museen
    Zitate
    Bibliographie
    Jean-Antoine Injalbert

Nella Buscot sur Facebook

         

 Copyright © 2003-2017 Nella Buscot
Nella Buscot  >  Le monde de la sculpture  >  Biographies  >  François Rude



Biographie

François Rude

1784 - 1855

Sculpteur français



Fils d'un forgeron de Dijon, François Rude suit dans sa ville natale les cours de l'Académie de dessin de François Devosge. A partir de 1809, il s'installe à Paris pour se former à l'École impériale des Beaux-Arts. Elève de Pierre Cartellier (1757-1831), il obtient le Grand Prix de Rome en 1812 pour "Le Berger Aristée pleurant la perte de ses abeilles".

A la Restauration, François Rude suit son protecteur républicain et bonapartiste, le Dijonnais Louis Frémiet, frère du sculpteur Emmanuel Frémiet, à Bruxelles et y reste une douzaine d'années. Là, il travaille pour l'architecte Van der Straeten et réalise notamment des bas-reliefs pour le palais de Tervueren. En 1821, il épouse Sophie Frémiet, la fille de Louis Frémiet.

De retour à Paris en 1827, François Rude recueille un énorme succès avec "Mercure rattachant sa talonnière" et son "Petit Pêcheur napolitain" qui lui apportent la notoriété. Il obtient la commande d'un haut-relief pour l'Arc de Triomphe de la place de l'Etoile à Paris, "Le Départ des volontaires de 1792". Inaugurée en 1836, elle devient "La Marseillaise", la plus célèbre de ses œuvres.

Vouant une grande admiration à Bonaparte, Rude glorifie dans ses principales œuvres, surtout après 1840, les héros bonapartistes et républicains. Il introduit dans la sculpture un naturalisme novateur. Ses compositions, alliant un sens de la mise en scène et une dramatisation des sentiments, en font un artiste qui a assuré la transition entre le néoclassicisme et le romantisme. Jean Baptiste Carpeaux et Charles Cordier furent ses élèves.

Le musée Rude lui est consacré à Dijon, sa ville natale, dans le transept de l'église Saint-Étienne.

Quelques œuvres :
- Thésée recueillant les armes de son père (Musée du Louvre, Paris, 1806),
- Génie ailé immolant un taureau (Musée des Beaux-arts de Dijon, 181l),
- Le Berger Aristée pleurant la perte de ses abeilles (ronde-bosse en plâtre, 1812),
- Joseph Jacotot (Musée des Beaux-arts de Dijon, 1816-1820),
- Mercure rattachant sa talonnière (Musée du Louvre, Paris, 1827),
- Vierge immaculée (église Saint-Gervais - Saint-Protais, Paris, 1827),
- La Pérouse (buste, Musée de la Marine, Paris, 1828),
- Le comte de La Pérouse, chef d'escadre (Salon de 1831),
- Petit Pêcheur Napolitain jouant avec une tortue (Musée du Louvre, Paris, 1833),
- La Marseillaise ou Le Départ des volontaires de 1792 (Arc de triomphe, Paris, 1835),
- Prométhée animant les Arts (bas-relief, Palais Bourbon, Paris, 1837),
- Louis David (buste, Musée du Louvre, Paris, 1838),
- Louis d'Armagnac, duc de Nemours, vice-roi de Naples (Château de Versailles, 1839),
- L'éveil de Napoléon à l'Immortalité (Musée d'Orsay, Paris, 1844),
- Jeanne d'Arc (Musée du Louvre, Paris, 1846),
- Monument de Gaspard Monge (Beaune, Côte d’Or, Salon de 1848),
- Le Maréchal Ney (Place Ernest Denis, Paris, 1853),
- Hébé et l'aigle de Jupiter (Musée des Beaux-Arts de Dijon, 1851),
- Le maréchal Ney, prince de la Moskowa (Avenue de l'Observatoire, Paris, 1853),
- Poussin (Aile Mollien, Palais du Louvre, Paris, 1855),
- Calvaire (bronze, autel de St Vincent de Paul, Paris, 1855).

Bibliographie :


Vulcain (1821)

Musée Rude
8 Rue Vaillant
Dijon (Côte d'Or, France)

Plâtre.


François Rude : Vulcain
Source : Crédit photo : Lucile Champion-Vallot


François Rude : Mercure
Source : Crédit photo : Lucile Champion-Vallot

Mercure (1821)

Musée Rude
8 Rue Vaillant
Dijon (Côte d'Or, France)

Plâtre.



Mercure attachant ses talonnières (1827)

Musée Rude
8 Rue Vaillant
Dijon (Côte d'Or, France)

Réduction en bronze (Salon de 1834).


François Rude : Mercure attachant ses talonnières
Source : Crédit photo : Lucile Champion-Vallot


François Rude : Lapérouse
Source : Crédit photo : Lucile Champion-Vallot

Lapérouse (1829-1831)

Musée Rude
8 Rue Vaillant
Dijon (Côte d'Or, France)

Surmoulage en plâtre.



Pêcheur napolitain jouant avec une tortue (1831)

Musée Rude
8 Rue Vaillant
Dijon (Côte d'Or, France)

Plâtre, copie de l'oeuvre en marbre (Salon de 1833)


François Rude : Pêcheur napolitain jouant avec une tortue
Source : Crédit photo : Lucile Champion-Vallot


François Rude : Pêcheur napolitain jouant avec une tortue
Copyright © 2003-2017 Nella Buscot

Pêcheur napolitain jouant avec une tortue (1831)

Musée du Louvre
Paris I (Paris, France)

Marbre



Tête de la Marseillaise (1835)

Musée du Louvre
Paris I (Paris, France)

Modèle en plâtre provenant de l'atelier de Rude.


François Rude : Tête de la Marseillaise
Copyright © 2003-2017 Nella Buscot


François Rude : Le Départ de 1792, dit La Marseillaise
Copyright © 2003-2017 Nella Buscot

Le Départ de 1792, dit La Marseillaise (1835)

Arc de triomphe
Paris VII (Paris, France)

Le haut-relief, haut de 5,85 m, représente le génie de la Liberté sous la figure d'une femme ailée poussant un cri d'alerte face à l'invasion ennemie.



Le maréchal de Saxe (1836-1838)

Musée Rude
8 Rue Vaillant
Dijon (Côte d'Or, France)

Surmoulage en plâtre de la statue en marbre.


François Rude : Le maréchal de Saxe
Source : Crédit photo : Lucile Champion-Vallot


François Rude : Prométhée animant les Arts
Copyright © 2003-2017 Nella Buscot

Prométhée animant les Arts (1837)

Palais Bourbon
Paris VII (Paris, France)

Bas-relief à droite de la colonnade



Louis David (1838)

Musée du Louvre
Paris I (Paris, France)

Marbre. Buste du peintre Louis David (1748-1825)


François Rude : Louis David
Copyright © 2003-2017 Nella Buscot


François Rude : Tête de Christ (Baptême)
Source : Crédit photo : Lucile Champion-Vallot

Tête de Christ (Baptême) (1838-1841)

Musée Rude
8 Rue Vaillant
Dijon (Côte d'Or, France)

Surmoulage en plâtre d'après le Baptême du Christ, groupe marbre pour l'église de La Madeleine à Paris (1838-1841).



La Bonté (1839)

Musée Rude
8 Rue Vaillant
Dijon (Côte d'Or, France)

Surmoulage du relief réalisé pour la tombe de son professeur Pierre Cartellier (1757-1831).


François Rude : La Bonté
Source : Crédit photo : Lucile Champion-Vallot


François Rude : Napoléon s'éveillant à l'immortalité
Copyright © 2003-2017 Nella Buscot

Napoléon s'éveillant à l'immortalité (1844)

Musée d'Orsay
Paris VI (Paris, France)

Plâtre



Gisant de Godefroy Cavaignac (1845-1847)

Musée Rude
8 Rue Vaillant
Dijon (Côte d'Or, France)

Plâtre, d'après le bronze du cimetière Montmartre.


François Rude : Gisant de Godefroy Cavaignac
Source : Crédit photo : Lucile Champion-Vallot


François Rude : Jeanne d'Arc
Copyright © 2003-2017 Nella Buscot

Jeanne d'Arc (1846)

Musée du Louvre
Paris I (Paris, France)

Marbre.



Gaspard Monge (1848)

Musée Rude
8 Rue Vaillant
Dijon (Côte d'Or, France)

Surmoulage en plâtre de la statue en bronze commandée par la ville de Beaune.


François Rude : Gaspard Monge
Source : Crédit photo : Lucile Champion-Vallot


François Rude : James de Montry
Source : Crédit photo : Lucile Champion-Vallot

James de Montry (1850)

Musée Rude
8 Rue Vaillant
Dijon (Côte d'Or, France)

Plâtre. James de Montry (1806-1849) est un homme politique dijonnais.



Tête de Christ (1852)

Musée Rude
8 Rue Vaillant
Dijon (Côte d'Or, France)

Surmoulage plâtre, d'après le Calvaire de l'église Saint-Vincent-de-Paul à Paris.


François Rude : Tête de Christ
Source : Crédit photo : Lucile Champion-Vallot


François Rude : Le Maréchal Ney
Copyright © 2003-2017 Nella Buscot

Le Maréchal Ney (1853)

Place Ernest Denis
Paris VI (Paris, France)