651

 Sculpteur

 Leitseite
    NewsInfos
    Die Künstlerin
    Das Gästebuch
    Kontakt
    Buch
  

 Meine Skulpturen :
    Basrelief
    Büsten
    Frauen
    Große Skulpturen
    Gruppen
    Kinder
    Männer
    Tänze
    Tiere

 Die Welt der Skulptur
    Suchmaschine
    einige Sculpteure
    Skulptur in den Museen
    Zitate
    Bibliographie
    Jean-Antoine Injalbert

Nella Buscot sur Facebook

         

 Copyright © 2003-2017 Nella Buscot
Nella Buscot  >  Le monde de la sculpture  >  Biographies  >  Marguerite Syamour



Biographie

Marguerite Syamour

1857 - 1945

Sculpteur français



Marguerite Gagneur naît à Bréry dans le Jura, d'un père militant et député fouriériste et d'une mère écrivain. Elle est l'élève d'Antonin Mercié (1845-1916) et bénéficie également des conseils d'Auguste Seysses (1862-1946). Ses premières statues représentent la République, en buste ou en médaillon.

En 1887, après un divorce, Marguerite Gagneur épouse en secondes noces le docteur Jean Fréchout, médecin à Salins-les-Bains (Jura), puis, à partir de 1900, vit avec sa mère à Paris où elle installe son atelier. Elle devient l'amie de son voisin, le peintre tchèque Alfons Mucha (1860-1939), avec lequel elle va partager la philosophie du spiritisme.

Elle prend comme nom d'artiste Marguerite Syamour, contraction de Syam, village du Jura, et du mot Amour. Elle expose au Salon des Artistes Français entre 1885 et 1912 ainsi qu'à l'Exposition Universelle de 1900.

Ses œuvres, au modelé sensuel, d'où ressorte une émotion toute féminine, peuvent être classées dans le réalisme et le symbolisme. La plupart d'entre elles se trouve dans le Jura (Saint-Claude, Poligny, Salins-les-Bains, Saint-Lothain)

Subissant l'influence de Charles Fourier (1772-1837), Marguerite Syamour est une artiste engagée qui défend les principes républicains, les droits de l'Homme, la laïcité, le féminisme et le pacifisme.

Quelques œuvres :
- La République (buste, Chatelneuf, Jura, 1884),
- La République (médaillon en plâtre, Mairie de Brery, Jura, 1885),
- La France nouvelle (plâtre, Salon de 1886),
- Voltaire (Saint-Claude, 1887, détruite en 1942),
- Clarisse Coignet (buste en marbre, Musée des Beaux-arts, Besançon, 1888),
- Le vigneron, (bronze, Poligny, Jura, 1890),
- Diane (plâtre, Musé de Sault, Vaucluse, 1891),
- Musique d’amour (haut relief en plâtre, Musée des Beaux-arts, Besançon, 1894),
- Méditation (marbre, Musée des Beaux-arts, Besançon, 1896),
- Sapho endormie (plâtre, Lons-le-Saunier, Jura, exemplaire en marbre au Musée des Beaux-arts de Cambrai, 1897),
- Victor Considerant (buste, Salins-les-Bains, Jura, 1901),
- Victor Schoelcher (buste en plâtre, Musée Bartholdi, Colmar, 1904),
- L’aurore ou le matin (marbre, Ministère de la Justice, Paris, 1904).

Bibliographie :


Frédéric Cournet (1886)

Cimetière du Père Lachaise
Paris XX (Paris, France)

Bronze. Frédéric Cournet (1837-1885) est un député, membre du Conseil de la Commune de Paris.


Marguerite Syamour : Frédéric Cournet
Copyright © 2003-2017 Nella Buscot