651

 Sculpteur

 Leitseite
    NewsInfos
    Die Künstlerin
    Das Gästebuch
    Kontakt
    Buch
  

 Meine Skulpturen :
    Basrelief
    Büsten
    Frauen
    Große Skulpturen
    Gruppen
    Kinder
    Männer
    Tänze
    Tiere

 Die Welt der Skulptur
    Suchmaschine
    einige Sculpteure
    Skulptur in den Museen
    Zitate
    Bibliographie
    Jean-Antoine Injalbert

Nella Buscot sur Facebook

         

 Copyright © 2003-2017 Nella Buscot
Nella Buscot  >  Le monde de la sculpture  >  Biographies  >  Jacques-Léonard Maillet



Biographie

Jacques-Léonard Maillet

1823 - 1894

Sculpteur français



Jacques Maillet, né à Paris d'un père menuisier, suit des cours dans une école de dessin du Faubourg Saint-Antoine. Il entre en 1840 à l’école des Beaux-Arts où il est l'élève de Jean-Jacques Feuchère (1807-1852) puis de James Pradier (1790-1852).

Après avoir obtenu le second prix de Rome en 1841 avec "La mort de Démosthène", puis le prix de la tête d’expression en 1846, Jacques Maillet remporte le Grand prix de Rome de sculpture en 1847 avec "Télémaque rapportant à Phalante l'urne renfermant les cendres d'Hippias". Il séjourne ensuite à Rome de 1848 à 1851, comme pensionnaire à la Villa Médicis.

Il débute en 1853 au Salon de Paris où il remporte une médaille d'or avec "Agrippine emportant son fils Caligula à travers le camp de Germanicus". Il obtient des commandes pour les grands projets parisiens du Second Empire : Palais du Louvre, Opéra Garnier, Hôtel de Ville.

Sculpteur d'inspiration néoclassique et biblique, Jacques Maillet réalise de nombreuses sculptures religieuses (églises Saint Séverin, Sainte Clotilde, Saint-Leu, Saint Bernard, Saint Joseph, La Trinité...). Il produit également des modèles d’orfèvrerie ainsi que des sculptures de petite taille en terre cuite. Une de ses oeuvres majeures est "Agrippine portant les cendres de Germanicus", présentée en plâtre au Salon de 1859.

Chevalier de la Légion d’honneur, Jacques Maillet obtient aussi des récompenses aux Expositions universelles de 1855 et de 1867. Il meurt à Paris en 1894 et est inhumé au cimetière du Père-Lachaise.

Quelques oeuvres :
- La Mort de Démosthène (1841),
- Télémaque rapportant à Phalante l'urne renfermant les cendres d'Hippias (plâtre, Ecole Nationale Supérieure des Beaux-arts, 1847),
- Le Discobole de Miron (Copie d’antique envoyée de Rome, Ecole Nationale Supérieure des Beaux-arts, 1849),
- David présentant la tête de Goliath. (envoi de Rome, 1850),
- Agrippine emportant son fils Caligula à travers le camp de Germanicus, (Château de Saint-Germain-en-laye, Salon de 1853),
- Saint Martin partageant son manteau avec un pauvre (bas-relief en pierre, église Saint-Séverin, Paris, 1853),
- Saint Césaire et Saint Doctrovée (église Sainte Clotilde, Paris, 1854),
- Jeune Syracusaine (1857),
- Lavoisier (Rotonde de Beauvais, Palais du Louvre, Paris, 1857),
- L’Abondance (Cour Carrée, Palais du Louvre, Paris, 1860),
- Femme apprenant à lire à un enfant (esquisse en terre cuite, musée d’Orsay, Paris, vers 1861),
- Le Jeune Chasseur (bronze, musée d'art et d'archéologie du Périgord, Périgueux, 1864),
- Le Roi Jérôme, frère de Napoléon (monument commémoratif de Napoléon et de ses frères, Ajaccio, 1864),
- Buste de Charles Christofle (Cimetière du Père-Lachaise, Paris, 1865),
- Minerve (Aile de Flore, Palais du Louvre, Paris, 1865),
- Pleureuse (marbre, sépulture d’Auguste Anjubault, Cimetière du Père-Lachaise, Paris, 1868),
- La Prudence (Pavillon des Etats, Palais du Louvre, Paris, 1868),
- La Science (Pavillon Lesdiguières, Palais du Louvre, Paris, 1868),
- Buste d'enfant (1874),
- Le Satyre et l’Amour (Salon de 1876),
- Deux Sentinelles (Pavillon de Marsan, Palais du Louvre, Paris, 1878),
- Jeanne Corinthienne (statuette, Salon de 1878),
- La Ville de Bordeaux (Hôtel de Ville de Paris, 1880),
- Le Printemps qui passe (Salon de 1894).

Bibliographie :