Sculpteur

 Accueil
    NewsInformation
    L'artiste
    Livre d'or
    Contact
    Livre
  
    "L'Espoir" à Palavas

 Collections :
    Animaux
    Bas-relief
    Bustes
    Danses
    Enfants
    Femmes
    Grandes sculptures
    Groupes
    Hommes

 Le monde de la sculpture
    Moteur de recherche
    Biographies de sculpteurs
    Sculpture dans les musées
    Citations
    Bibliographie
    Jean-Antoine Injalbert
    Dans les jardins publics
    Lexique de sculpture,
    Etc.

Nella Buscot sur Facebook

         

 Copyright © 2003-2017 Nella Buscot
Nella Buscot  >  Le monde de la sculpture  >  La sculpture française au XIXe siècle




La sculpture française au XIXe siècle


et les principaux courants artistiques




Quelques mots sur la sculpture française au XIXe siècle

Que connaissent les français de la sculpture française au XIXe siècle ?
Si l'on faisait une enquête dans la rue en demandant aux personnes de citer des noms de sculpteurs de cette période, on peut être certain que Auguste Rodin serait pratiquement le seul nom indiqué, avec peut-être Camille Claudel (mais plus à cause du rôle d'Isabelle Adjani dans le film éponyme que par ses oeuvres). Le maigre rayon "Sculpture" dans les librairies est à cette image, avec plus de la moitié des ouvrages consacrés à ces deux artistes. Et pourtant, quel siècle fut plus riche de sculpteurs talentueux et de courants aussi divers, témoignant d'une création infinie ? Carpeaux, Injalbert, Barye, Boucher, Desbois, Larche, Rude, Dalou, Falguière, Cordier, pour ne citer que ceux-là, car la liste est longue, en sont de magnifiques exemples.

Après avoir été l'apanage de l'Eglise et des princes, la sculpture du XIXe siècle se démocratise. Son essor est facilité par de très nombreuses commandes publiques où rivalisent l'Empire et la République. En toile de fond, il y a la transformation urbaine, la sécularisation de la société et le développement d'une bourgeoisie fortunée avec son goût pour la statuaire des monuments funéraires et pour les petites pièces en bronze. La sculpture du XIXe siècle est remarquable par sa richesse et la diversité de ses sujets, de ses techniques, l'ampleur des réalisations.

Que peut-on dire des principaux courants artistiques qui bouleversent le XIXe siècle en en faisant le Siècle de la sculpture par excellence ? Pour être souvent contradictoires, ces courants se chevauchent, parfois se mêlent. Ainsi on peut citer :


Le néoclassicisme

Apparu à la Renaissance, le néoclassicisme, qui signifie "inspiré de l'Antique", s'est développé à la fin du XVIIIe siècle dans un contexte de découvertes archéologiques. Influencé par l'Italien Antonio Canova (1757-1822) et le Danois Bertel Thorvaldsen (1770-1844), le néoclassicisme en sculpture est la recherche de la beauté idéale avec ses nudités héroïques et ses drapés à l'antique. Il est aussi caractéristique de la période napoléonienne, la famille impériale ayant remis à l'honneur cet art qui a atteint son apogée avec l'école de peinture de Jacques-Louis David (1748-1825).
Principaux représentants du néoclassicisme : Jean-Antoine Houdon (1741-1828), François Joseph Bosio (1768-1845), Jean Pierre David d'Angers (1788-1856), James Pradier (1792-1852), Albert Carrier-Belleuse (1824-1887), Emmanuel Frémiet (1824-1910)...


Le romantisme

Contrairement au néoclassicisme, le romantisme cherche à exprimer les profondeurs du monde intérieur de l'être humain, ses sentiments, ses tourments, ses révoltes. L'expression est privilégiée par rapport à la pureté et à l'exactitude des formes. Ce mouvement de liberté et de rejet du classicisme a relativement peu d'écho chez les sculpteurs, hormis quelques exceptions comme François Rude (1784-1855) qui exprime un lyrisme épique dans "La Marseillaise" (Arc de Triomphe de Paris) ou dans certaines oeuvres d'Antoine-Louis Barye (1796-1875).


L'éclectisme

Sous le second empire, voulant dépasser le néoclassicisme et romantisme, des artistes tels que Jean-Baptiste Carpeaux (1827-1875) cherchent leur inspiration dans tous les styles du passé sans privilégier l'Antiquité : Moyen Age, Renaissance, Baroque, Orient... Ils n'hésitent pas à associer dans la même sculpture plusieurs de ces références.
Autres représentants : Jean-Antoine Injalbert (1845-1933), Charles Cordier (1827-1905), le groupe des Toulousains (Falguière, Mercié, Marqueste, etc.)…


Le réalisme et le naturalisme

Gustave Courbet, l'un des chefs de file du mouvement réaliste en peinture avec Jean-François Millet et Honoré Daumier, définit ainsi ce qu'est une œuvre réaliste : "Etre à même de traduire les moeurs, les idées, l'aspect de mon époque, selon mon appréciation, être non seulement un peintre mais encore un homme, en un mot, faire de l'art vivant, tel est mon but".
Quand il est perçu comme étant moins subversif, le réalisme devient le naturalisme. Les sculpteurs naturalistes mettent en scène des personnages réels, des ouvriers, des paysans et glorifient les valeurs républicaines par des allégories où les êtres humains ne sont pas idéalisés.
Quelques représentants du naturalisme en sculpture : Aimé-Jules Dalou (1838-1902), Constantin Meunier (1831-1905).


L'art nouveau

A partir de 1895 naît l'art nouveau dont un représentant majeur est Raoul Larche (1860-1912). Favorisant l'esthétique, il est destiné à être diffusé largement pour la "masse". C'est pour cela que l'on trouve de très nombreuses reproductions éditées dans divers matériaux.


Auguste Rodin

Auguste Rodin (1840-1917), quant à lui, artiste inclassable, marquera la fin du XIXe siècle par sa puissance créatrice, l'expressivité et la diversité de son oeuvre.
Pour lui, "il est parfaitement inutile de faire intervenir des lois, des règles, des principes qui n'ont germé que dans les cerveaux de commentateurs disséquant une série d'œuvres vingt siècles après et auxquelles jamais artiste n'a songé une minute. Il est tout aussi inutile d'employer un vocabulaire hérissé de bizarres mots forgés après coup et incompris de presque tout le monde : en art, les choses les plus difficiles s'expliquent avec des mots de concierge. [...] Il n'y a ni lois ni mots farouches : il y a un homme qui fait une statue, un point c'est tout." (Auguste Rodin, Eclairs de pensée, Ecrits et entretien sur l'art)


La transition vers le XXe siècle

Elle est marquée par un abandon des thèmes réalistes et la recherche de l'esthétique et de l'équilibre de la sculpture antique. Sans aucunement chercher à imiter les néo-classiques, les sculpteurs comme François Pompon (1855–1933), Antoine Bourdelle (1861-1929), Aristide Maillol (1861-1944), Charles Despiau (1874-1946), Robert Wlérick (1882-1944) simplifient les formes et produisent des surfaces dépouillées et de grande régularité.